Fiskur|Oranges (2018)

Fiskur|Oranges est né naturellement de mon intérêt à travailler avec un produit alimentaire commun, à la fois au Canada et à l'Islande. La première association à l'origine de ce projet ont été les couleurs aperçues au port, à Reykjavík, et à la petite jetée, à Blönduós. L'orange s'illumine en contraste avec le bleu profond des eaux et le sable noir. Manger des oranges en Islande était un luxe. En revanche, le poisson séché est un goût à apprivoiser ; il goûte la résilience et l'océan. 

Le poisson séché est brodé avec une phrase de la chanson "I remember" de Molly Drake. Par hasard, c'est la première chanson que j'ai écouté lorsque je me suis installé pour ma première nuit à la résidence. Je me sentais totalement déplacée, dans un paysage et une communauté à la fois étrange et familière. La chanson m'a accompagné pendant ma première semaine ; je la chantais lors de mes promenades, à la piscine ou lors de mes explorations des multiples berges et plages de Blönduós. J'ai décidé de broder une phrase de cette chanson, comme point de départ; elle a également servi de réflexion sur les relations, les souvenirs et les lieux que l'on habite, que l'on visite et qui finissent par devenir une petite part de nous. À partir de là, différents éléments sont entrés progressivement en jeu. En réponse, j'ai écrit et brodé un vers de ma composition sur deux oranges : "Je me souviens de l'océan et vous vous souvenez de l'absence". J'était intriguée par la relation entre le poisson et l'orange ; entre le salé et le sucré ; entre le sec et le juteux. J'ai mangé les deux oranges brodées dans l'avion en plein retour pour savourer une dernière fois le paysage nordique de l'Islande. 


L'acte de broder sur une matière étrangère, me permet d'entrer dans un espace où la maitrise de la technique importe peu. L'importance est davantage centrée sur cette idée de mettre des mots où il n'y en a pas et où il ne devraient pas y en avoir. Le processus de broderie est également perturbé ; je trouve difficile, là où sur le textile je trouve de l'aisance. Je ne peux pas compter sur la mémoire du geste et je réapprends l'acte de broderie.

portfolio, visual arts, textiles